Thème

On a testé le yoga Vinyasa en visio

Avec le confinement, on peut tester des sports qui sont habituellement uniquement disponible à 20 minutes en voiture de là où on habite. Typiquement, le yoga est souvent dispensé dans les grandes villes ou alors les cours sont pris d’assaut. Avec les cours en ligne, plus de limite de participants et on est déjà sur place ! Pour ce premier cours de yoga, on a opté pour le cours de yoga Vinyasa, tout simplement parce-qu’il était dispensé à l’heure à laquelle on avait prévu de faire du sport. Alors, on vous en dit plus ?

Qu’est-ce que le yoga Vinyasa

Avec le yoga Vinyasa, on n’a pas le temps de s’ennuyer ! Les autres cours de yoga que j’avais testés étaient relaxants certes mais un peu trop lents. Le Vinyasa est une forme plus sportive du yoga, qui me correspond mieux. D’ailleurs, c’est l’une des versions qui plaît le plus aux Occidentaux.

On pourrait parler de chorégraphie car on va suivre un enchaînement défini par le professeur. C’est beaucoup moins strict que le yoga Ashtanga qui doit s’enchaîner avec une rigueur militaire. 

Les bienfaits sont multiples : relaxation, apaisement de l’esprit, maîtrise et concentration, baisse du stress. On va aussi travailler l’équilibre (et pas qu’un peu !).

Réserver son cours de yoga Vinyasa en ligne

On est passé par le centre sportif Rennais Kerfit pour faire notre cours. Ils proposent aussi de nombreux autres cours de sport comme des pilates ou du renforcement musculaire. 

Pour s’inscrire, c’est facile : 

  1. Il faut se créer un compte sur leur page de réservation : https://kerfit.fr/reservation/ 
  2. On recharge notre compte avec des séances de cours en visio à 5€
  3. Il nous reste à choisir quel créneau du planning nous plaît le plus et à installer Zoom (application vidéo de réunion)
  4. On reçoit un mail quelques minutes avant la séance avec un lien qui renvoie vers le cours

On est ensuite partis pour 1 heure de cours ! 

Le déroulement du cours en ligne

Quelques minutes avant le cours, on va pousser les meubles pour se dégager de la place ! Pour avoir vécu la scène de faire une séance avec les pieds qui dépassent dans l’armoire, la cage du lapin à côté et le chat qui passe son temps à faire des allers-retours, je vous conseille de vraiment vous créer votre espace. 

Pour notre séance, on a eu besoin de vêtements confortables, d’une ceinture ou d’un foulard et d’un tapis. 

Face à notre ordinateur dont on a désactivé la caméra, on commence par quelques étirements en suivant une prof sympathique qui prend le temps de saluer chaque participante. Une fois les étirements finis, on passe aux enchaînements de postures. 

Salutation au soleil, posture du chien tête en bas, du guerrier… Toute la chorégraphie se déroule naturellement et sans que l’on s’en rende compte on arrive à la fin de la séance. Cette séance se termine avec un moment de relaxation. Parfait pour évacuer toutes les tensions de la journée ! On se sent revigoré pour la soirée.

Notre avis sur cette première séance de yoga Vinyasa

Le créneau du jeudi soir est totalement adapté pour cette séance, qui permet de recharger les batteries avant d’attaquer la dernière ligne droite du week-end. On en sort à la fois relaxer et plein d’énergie.

Avec l’application Zoom, nous n’avons eu aucun souci de connexion, contrairement à un Live Facebook qui passait son temps à buguer.

Le seul bémol, surtout pour des débutants, c’est que la prof ne nous corrige pas donc on peut mal faire certains mouvements et risquer de se blesser. C’est le moment surtout d’essayer plusieurs yogas différents pour voir les formes qui nous plaisent le plus et ensuite aller les tester dans un cours. 

Informations pratiques sur le cours

  • Site Kerfit pour l’inscription : Kerfit
  • Tarif : 5€ par séance
  • Pour s’inscrire : repérer sur le planning le cours qui nous plaît, se créer un compte et le recharger puis sélectionner le cours 

On vous partage d’autres idées d’activités ici aussi :

Le feuilleté poire chocolat

Maintenant que nous sommes de nouveau confinés, les week-ends vont être parfait pour se remettre à cuisiner. Aujourd’hui, on voulait vous partager une recette maison, que ma tata m’a confiée quand j’étais petite. Je la trouve particulièrement adaptée en moment parce-qu’elle ne demande pas trop d’ingrédients, il y a des fruits de saison et du chocolat fondu pour se réchauffer. On vous présente en avant-première : le feuilleté poire chocolat.

Ingrédients pour la réalisation de 4 feuilletés poire chocolat

Ce qui est super pratique avec cette recette de feuilleté poire chocolat c’est qu’elle est aussi gourmande que rapide à faire ! On n’a pas la frustration de passer 3 heures en cuisine pour que ce soit mangé en 10 minutes. Et puis petit bonus, on va utiliser uniquement des ingrédients que l’on a souvent dans les placards. Que demander de plus ?

Il vous faudra :

  • – Une pâte feuilletée
  • – Entre 2 et 4 poires en fonction de leur taille (des fruits frais ou en boîte)
  • – De la poudre d’amande
  • – Du sucre roux
  • – 100g de chocolat pâtissier

Préparation

Alors attention les yeux, ça va être super rapide !

On commence par mettre le four à chauffer à 180°C.

Ensuite on épluche les poires et on les coupe en deux.

On va étaler la pâte feuilletée et on va la diviser en quatre parts égales.

Sur chaque part, on va répartir nos morceaux de poires, ajouter un peu de sucre roux et une cuillère de poudre d’amande.

On va terminer en faisant un pliage : on replie le coin droite, le coin gauche et le coin central vers le milieu. Puis on met le tout au four pour 15 minutes.

En attendant la cuisson, on va faire fondre le chocolat au bain-marie.

Quand les petits feuilletés sont prêts, il ne restera plus qu’à faire couler le chocolat fondu par dessus nos feuilletés et à les déguster illico presto.

Autre recette de saison

On vous repartage une autre recette de saison : le gratin de courges spaghetti à l’italienne ! Spoiler alert : il y a de la mozzarella et de la courge spaghetti. Mais pas que ! La recette nous vient de l’association Citrouilles & Co, qui vend des citrouilles en faveur du Téléthon. Vous pouvez retrouver toutes les créations qu’ils ont fait à l’occasion d’Halloween sur leur page Facebook.

Atelier DIY Jack O’lanterne pour Halloween

Vous connaissez tous la fameuse citrouille d’Halloween ? Celle qu’on évide et que l’on sculpte d’un visage grimaçant éclairé par une bougie. L’un des emblèmes phares de cet évènement… Sachez qu’à la base c’était un navet ! Ou plutôt la lanterne de Jack Stingy éclairant son chemin d’errance. Découvrons cette légende d’Halloween.

La légende d’Halloween de Jack O’Lantern

L’histoire de Jack Stingy

Cette légende d’Halloween est celle de Jack Stingy, maréchal ferrant, avare, ivrogne, manipulateur et méchant.

Il est dit qu’un soir dans une taverne, Jack Stingy rencontra le diable. Ce dernier, comme à son habitude, tenta de convaincre Jack de lui laisser son âme en échange de faveurs diaboliques. Sur le point d’accepter, Jack demanda alors au diable de lui payer un dernier verre. Le diable, après hésitation, se transforma en pièce de six Pence afin de payer le tavernier. Mais au lieu de cela, Jack s’empara prestement de la pièce et l’a mise dans sa bourse. Celle-ci contenant une croix d’argent emprisonna le diable qui ne pouvait plus se transformer à nouveau…

Jack obtient donc du diable une faveur : celle que le malin ne vienne pas lui réclamer son âme durant les dix prochaines années. Le diable accepta et retourna bredouille en enfer.

Dix ans s’écoulèrent pour Jack avant qu’il ne recroise le chemin du diable venu lui réclamer son dû. Sur une route de campagne il était là, attendant l’âme de Jack. Alors, réfléchissant à vive allure Jack lui demanda une dernière faveur : “Je vais venir, mais d’abord, pourrais-tu cueillir une pomme de cet arbre pour moi ?”. Le diable grimpa à l’arbre et s’accrocha aux branches pour récupérer une pomme. Jack profita du moment pour sortir son couteau et graver une croix sur l’arbre, emprisonnant donc de nouveau le diable.

Sans solution, ce dernier accepte la proposition de Jack : ne plus jamais réclamer son âme…

Ce n’était que partie remise

A la mort de Jack, l’entrée au paradis lui fut refusée à cause de sa vie d’ivrogne et de malice. Quant aux portes de l’enfer, le diable lui refusa également en lui rappelant sa promesse, celle de ne jamais réclamer son âme. Jack réussi néanmoins à convaincre le diable de lui laisser un bout de charbon des enfers pour éclairer son chemin dans le noir.

Il plaça alors le charbon dans un navet creusé en guise de lanterne et se vit condamner à errer sans but jusqu’au jour du jugement dernier. Chaque année il réapparaît le jour de sa mort : à Halloween. Alors que pensez-vous de cette légende d’Halloween ?

Navet ou citrouille ?

La légende provient d’un vieux conte irlandais et les premières traces écrites de Jack O’Lantern datent de 1700. Néanmoins, il y a fort à parier que cette légende soit plus ancienne et appartiendrait aux traditions transmises oralement.

L’habitude irlandaise de creuser des lanternes dans des navets se perdit petit à petit.

Suite à une grande famine et pénurie alimentaire, de nombreux irlandais partirent en Amérique entre 1845 et 1850, entraînant avec eux leurs contes et traditions. Mais sur place le navet était rare, à l’inverse de la citrouille, qui plus est ce creuse mieux !

Atelier DIY d’Halloween

Maintenant que nous savons tous d’où vient la légende, à nous de réaliser nos plus belles décorations pour Halloween !

C’est une activité idéale à faire en famille avec les enfants, alliant activité manuelle et légendes.

Le matériel à prévoir

  • courge Jack O’Lantern
  • couteau
  • crayon à papier
  • feutre
  • cutter de scrapbooking
  • bougie chauffe-plat

Etape 1 : préparer la lanterne

Pour réaliser cet atelier, il est plus pratique de trouver une courge spéciale Jack O’Lanterne parce-qu’elle est déjà pratiquement vide.

Nous allons commencer par la laver et à l’aide d’un couteau on va retirer son chapeau puis l’évider.

Etape 2 : dessiner dessus

Ensuite, on va la personnaliser ! Il y a de chouettes inspirations de dessins sur Pinterest pour trouver quel visage grimaçant nous allons faire. Armés d’un crayon puis d’un feutre, nous avons dessiné dessus.

On dessine au crayon puis on repasse au feutre quand on est satisfait

Etape 3 : réaliser les découpes

Avec un cutter de scrapbooking, nous allons donner vie à notre citrouille en suivant notre dessin.

Etape 4 : ajouter une bougie

On finit notre œuvre en ajoutant une bougie de type chauffe-plat et éteint les lumières. Wahou ! Bon notre citrouille est plutôt mignonne qu’effrayante.

Vous êtes à la recherche d’autres idées d’activités pour les vacances de la Toussaint ? On a ce qu’il vous faut par ici :

Peur et frisson au programme d’Halloween

Manoirs hantés, fantômes, et citrouilles lanternes… tremblez devant le programme d’Halloween en Ille-et-Vilaine. Cette célèbre fête d’origine celte a de quoi ravir les enfants comme les parents durant les vacances de la Toussaint.

Halloween, une tradition des temps anciens

Halloween est au départ une fête celtique d’origine irlandaise : le nouvel an celtique ! En effet, il y a environ 2 500 ans, le calendrier celte ne se terminait pas le 31 décembre, mais le 31 octobre. Et cette dernière nuit de l’année était la nuit du dieu de la mort Samain.

En octobre, les nuits se rallongent et la légende raconte que les fantômes en profitaient pour rendre visite aux vivants. Alors pour éviter que les fantômes ne viennent les hanter, les Celtes avaient quelques rituels dont celui de s’habiller avec des costumes terrifiants pour faire peur aux fantômes. Ce sont les immigrés Irlandais qui ont apporté avec eux la tradition d’Halloween aux Etats-Unis. Très célébrée outre-mer, elle l’est peu chez nous en France. Mais pas de panique, nous avons plein d’événements près de chez vous pour l’occasion.

Halloween dans un lieu de légende

Fougères et son château, ce lieu chargé d’histoire est idéal pour l’événement. C’est même deux événements que propose le château à l’occasion d’Halloween !

Murder Party

Le premier il ne faut pas traîner car c’est ce mardi 27 octobre à partir de 18 heures.

Tremblez et jouez en famille au château, une activité proposée par le service patrimoine de la ville. Murder Party vous propose de résoudre en équipe un meurtre commis au château. A vous de mener l’enquête dans les tours et sur les courtines de la forteresse. 

Inscription et réservation au 02.99.99.79.58 ou par mail à : chateau@fougeres.fr

8€ par personne, sauf si vous avez moins de 12 ans, là ça sera gratuit bien sûr !

Contes à faire peur

Cette fois-ci ça se passe le 30 octobre, aussi au Château de Fougères !

Venez écouter les histoires terrifiantes de Mélody et tremblez de peur… Feux-follets, sorcières et fantômes se succéderont dans ses contes, contés en musique. 

Pour réserver votre place c’est aussi au 02.99.99.79.58 ou par mail à: chateau@fougeres.fr

8€ par personne, sauf si vous avez moins de 12 ans.

Parc et activités thématiques

Plusieurs parcs ont revêtu leurs costumes d’Halloween pour vous accueillir durant les vacances de la Toussaint. L’occasion parfaite de découvrir ou redécouvrir ces lieux sous un autre regard !

Nous avons parlé, dans notre sélection pour les vacances, d’Enigma Parc. Du 19 au 31 Octobre les Six Trouilles reviennent pour la 5ème fois vous terrifier et vous proposer pleins d’activités variées, plus d’informations sur leur page dédiée :

Mais ce n’est pas tout. Comptez aussi sur le Château de la Bourbansais à Pleugueneuc.

Du 19 au 31 octobre une chasse au trésor est organisée tous les jours ! Venez aider la sorcière à retrouver les ingrédients de sa potion magique. Par ailleurs, le 31 sera un jour particulier avec des animations spécial Halloween, atelier et stand de maquillage.

Du côté de Saint-Malo, le Micro-Zoo propose une visite sur le thème d’Halloween pendant toutes les vacances de la Toussaint. Même leur site internet nous fait peur !

Si si, venez voir et connaître tous les détails ici : 

A la maison

Il existe de nombreuses activités à faire à la maison sur le thème d’Halloween. Cuisiner des yeux de sorcières, des fantômes en pâte brisé ou bien aussi du découpage et de l’origami thématique. Nous vous parlions de la légende de Jack O’Lantern et la réalisation d’un atelier DIY lanterne d’Halloween ici aussi.

Bref, vous l’aurez compris, il y a de quoi avoir peur durant ce mois d’octobre !

Odorico et l’art de la mosaïque

Connaissez-vous Odorico ? Nous non, tout du moins avant de tester la visite “Odorico et l’art de la mosaïque”. Véritable trésors caché, secret et fragile de notre patrimoine ! Maintenant nous sommes devenus incollable sur le sujet et bientôt vous aussi !

La famille Odorico, un art de père en fils

Isidore Odorico père

La famille Odorico est une famille d’artisans italienne venue pour participer au chantier de l’Opéra Garnier à Paris en 1875. Spécialisés dans le travail de la mosaïque Isidore Odorico et son frère Vincent s’installent à Rennes et fondent leur propre entreprise en 1988. 

La mosaïque n’est alors pas connue dans la région à la différence de leur pays d’origine.

Pourtant ils arriveront à démocratiser l’utilisation de la mosaïque grâce à une réduction drastique du coût permise par la technique de l’inversion. Le principe est d’encoller à l’envers les carreaux sur du papier pour le travailler en usine et l’amener directement prêt à être déposé sur les chantiers. En parallèle l’émail deviendra économique et utile, notamment pour le nettoyage à grande eau.

Isidore Odorico fils

Son fils, Isidore Odorico (oui c’est le même prénom que son père) naît à Rennes en 1983 et fait ses études à l’école des Beaux-Arts. Il reprendra l’entreprise familiale après la première guerre mondiale.

Mêlant la technicité et l’art dans ses réalisations, la mosaïque Odorico prospéra durant l’entre-deux guerres. L’entreprise comptera alors plus d’une centaine d’ouvrières. Rennes devient l’un des plus grands centres de production de mosaïque. On retrouve d’ailleurs les œuvres Odorico dans plus de 120 villes du grand Ouest.

Isidore Odorico, photo début 20ème siècle

Isidore Odorico (fils, on s’y perd à force) marqua également la ville de Rennes par son attachement au ballon rond. Il fut d’ailleurs le président du club de 1931 à 1938. Cela explique en partie le nom du centre de formation, à côté du Roazhon Park, qui porte son homonyme. Par ailleurs les maillots de l’équipe de Rennes, lors de match à domicile, est un hommage qui s’inspire de son style artistique : la mosaïque.

Odorico et l’art de la mosaïque

Si nous vous parlons de tout cela c’est que nous avons participé à la visite guidée “Odorico et l’art de la mosaïque” proposée par l’office de tourisme de Rennes. Il n’y a pas à dire, nous avons adoré notre visite.

Rennes est pleine de secrets, parfois cachés, parfois visibles à ceux qui savent lever les yeux ou bien même regarder à leurs pieds. Trop souvent nous traversons la ville sans prêter attention aux nombreux détails dont elle regorge.

Nous resterons très succincts sur la visite en elle-même afin de vous garder tout le plaisir de la découverte. Néanmoins, nous ne pouvons vous parler de la mosaïque Odorico sans vous parler de quelques réalisations.

Nous pensons notamment à l’immeuble Valton (Crazy Républic), rue d’Antrain, réalisé par Isidore (père, cette fois).

Immeuble Valton à Rennes dans un style art déco fait par Odorico père

L’immeuble Poirier ou bien la crèche Papu, les halles d’immeubles, salles de bains privés, sols de magasins, nous en retrouvons de nombreuses traces à Rennes.

Il faut dire que la mosaïque est parfaite pour le nettoyage et infatigable, idéale donc pour les poissonneries, fleuristes et autres lieux nécessitant un entretien fréquent.

L’emblématique piscine Saint-George

L’une des réalisations les plus emblématiques est la piscine Saint-Georges de l’architecte Emmanuel Le Ray. Construite en 1922 la piscine est l’une des plus vieilles piscines chauffées de France. Il faut dire que la France n’en comptait que 16 à l’époque (contre 467 en Angleterre et 591 en Allemagne, on était en retard…). Son architecture moderne défrayait la chronique et ne faisait pas l’unanimité à l’époque, maintenant classée aux monuments historiques. Ce lieu dégage toute la finesse, les couleurs, la subtilité et l’harmonie de l’art Odorico. D’un dégradé de bleu au sol, une frise de tesselle de grès cérames et émaux vert/brun se dissimulent à la lisière de l’eau.

Et pour finir bien sûr la maison de famille ! Véritable showroom presque entièrement ornée de mosaïque, construit dans les années 30 en lieu et place du premier atelier de l’entreprise.

La maison a d’ailleurs été rachetée récemment et deviendra un salon de thé/crêperie pour le plus grand bonheur des curieux d’art Odorico.

Maison de la famille Odorico, artisans mosaïque

Pour aller plus loin

Rennes métropole a fait un article très détaillé sur Odorico et son art, nous ne pouvons que vous le conseiller.

Sinon à Rennes vous pouvez retrouver d’autres idées d’activités sur notre blog ici :

La sélection Alors, on y go pour les vacances

Nous vous avons préparé une sélection pour les vacances de la Toussaint aux petits oignons. Car fin Octobre ne rime pas qu’avec pluie et changement d’heure… Entre Halloween, couleurs automnale et soirée Netflix-plaid-chocolat chaud, c’est le moment parfait pour en profiter en famille.

La sélection en 5 idées

Un après-midi au grand air avec le géocaching

La sélection commence par une activité que nous avons découvert il y a peu mais que nous adorons totalement. Nous vous en parlions d’ailleurs déjà dans cet article :

Grâce à l’application “Trésors de Hautes-Bretagne” vous partez à la chasse aux trésors partout en Ille-et-Vilaine. Nature, culture, découverte, urbain, il y en a pour tous les goûts.

Imaginez donc partir à la recherche d’indices au cœur d’une forêt aux feuilles rougies par l’automne avec l’énigme “Brocéliande Autrement” par exemple. On est bien dans le thème de la saison avec ça. Mais pensez à télécharger la fiche avant de partir si vous allez dans un lieu où la connexion internet peut être limitée. On sait de quoi on parle, ça nous est arrivé la dernière fois à Combourg…

Faites-nous un retour de votre expérience si vous essayez !

main tenant un smartphone avec l'application trésors de haute bretagne ouverte

Résolvez des mystères en famille à Enigma Parc

Et oui car en octobre il ne fait pas beau tous les jours… C’est un fait.

Alors que diriez-vous d’un parc en intérieur d’énigmes et de parcours de type labyrinthe ?

C’est ce que propose Enigma Parc à Janzé ! Tels des précurseurs des Escape Game, Enigma Parc est né en 2006 et propose 12 univers thématiques d’épreuves collectives, de réflexion et d’orientation. Prévoyez au moins 3 heures sur place !

L’Espace des sciences et le Planétarium

On continue de se creuser les méninges de façon tout aussi ludique avec l’Espace des sciences aux Champs Libres à Rennes.

Conférences, expositions, mais aussi le “Laboratoire de Merlin” pour jouer avec les lois de la nature à travers de nombreuses expériences.

C’est un espace dédié aux mathématiques, à la mécanique, l’optique, l’air, l’énergie, le mouvement. En créant une tornade, en défiant les lois de la physique, en expérimentant, le savoir et l’imagination se combinent pour un moment récréatif.

Et nous n’oublions pas le Planétarium qui se trouve au sein des Champs Libre avec ses nombreuses séances, guidées par un médiateur. Pour un moment en famille avec de jeunes enfants nous vous conseillons les séances “1,2,3 soleil” qui reprendra les grandes lignes pour mieux comprendre le ciel et les astres qui nous entourent.

En sortant vous n’aurez qu’un espoir, que la nuit soit sans nuage pour regarder les étoiles !

Retrouvez toutes les information sur l’Espace des sciences et les horaires ici :

Ateliers à la maison DIY

On a rencontré Justine de My Little Tambouilles la semaine dernière qui propose de réaliser des ateliers de créations cosmétiques éthiques à la maison.

Seul ou à plusieurs, il y a de nombreuses fiches produits sur son site internet, on vous en dit plus dans cet article :

La Nuit des Châteaux

Pour finir cette petite liste d’idées d’activités pour les vacances on vous propose un temps de magie et d’émerveillement nocturne.

Le samedi 24 Octobre a lieu la deuxième édition de “La Nuit des Châteaux” un événement qui met en lumière les châteaux de France. En Ille-et-Vilaine l’événement concerne le château de “La Ballue” à Bazouges-la-Pérouse et le château de “la Bourbansais” à Pleugeuneuc.

Venez voir ces jardins éclairés aux lueurs de bougies ou admirer un bal de rapaces nocturne avec pour toile de fond de magnifiques châteaux.

Plus d’information sur l’événement sur :

Et Halloween alors?

On vous le garde pour un article spécial Halloween la semaine prochaine. Au programme: contes à faire peur, soirées thématiques et autres citrouilles !

Sinon vous pouvez aussi nous suivre sur notre page Facebook ou sur la newsletter afin d’avoir pleins d’autres idées d’activités.

Les ateliers éthiques de My Little Tambouilles

Aujourd’hui nous avons la chance de rencontrer Justine de My Little Tambouilles pour nous parler de ses ateliers cosm’éthik. Restez jusqu’à la fin, Justine nous livre une chouette recette Do It Yourself à faire chez soi !

My Little Tambouilles c’est quoi au juste ?

Alors, on y go : Merci de prendre ce temps d’échange avec nous Justine pour parler de My Little Tambouilles ! Peux tu nous décrire ton activité ?

My Little Tambouilles : Pour commencer, My Little Tambouilles est une association à but non lucratif de loi 1901 créée en avril 2018. Venant du monde associatif et soucieuse de l’environnement, j’ai eu la volonté de sensibiliser un maximum de personnes à une consommation de cosmétiques et produits ménagers plus raisonnée et respectueuse de l’environnement. Je me suis donc formée en 2017 par le biais de l’institut du Dr Humana pendant un an. J’ai également choisi ce statut pour proposer des ateliers à prix accessibles à tout public. 

Alors, on y go : Quelles offres proposes-tu ?

My Little Tambouilles : Je propose des ateliers de fabrication de cosmétique bio et artisanale et de produits ménagers à domicile, en boutique bio, en entreprise…etc Je propose également du coaching pour aider à passer à la cosmétique bio. 

Alors, on y go : Et comment faut-il faire pour réserver un atelier? 

My Little Tambouilles : Pour les ateliers privés à domicile, cela passe d’abord par un premier échange par mail, disponible sur mon site internet, puis le paiement s’effectue via une billetterie en ligne sécurisée. Pour les ateliers publics, tout passe par la billetterie en ligne sécurisée Hello Asso. On retrouve tous les événements à venir sur ma page Facebook.

Alors, on y go : Dans quelle ville trouve- t-on My Little Tambouilles ? Et si tu devais nous donner un coin secret à côté de chez toi, lequel nous recommanderais-tu ?

My Little Tambouilles : On retrouve les ateliers à Rennes mais aussi partout en Ille et Vilaine. Difficile de choisir un endroit mais mes endroits favoris sont la Droguerie Zéro déchet Mamie Mesure, Natural Boutique Rennes et le Dépôt vente C’est l’histoire de à Domloup. 

Les bons plans de Justine

Alors, on y go : Quel est ton plus grand souhait quand les gens viennent te voir ?

My Little Tambouilles : Mon plus grand souhait est que les participants repartent avec l’envie de changer leur mode de consommation envers la cosmétique et les produits ménagers. En effet, on pense que c’est compliqué alors qu’il est possible de réaliser des recettes très simples. Dans la cosmétique maison, l’une des valeurs importantes pour moi est de fabriquer de façon raisonnée avec le moins d’ingrédients possibles. 

Alors, on y go : Qu’aimes-tu faire quand tu réussies à te dégager du temps ?

My Little Tambouilles : Je consacre quasiment tout mon temps libre aux ateliers, à la cosmétique maison. J’aime réfléchir à de nouveaux projets, tester de nouvelles recettes, collaborer avec de nouveaux partenaires. Et pour me reconnecter à moi même je ne loupe jamais mon cours de YOGA du mardi soir 🙂 

Passons à l’atelier DIY: La recette de base du Shampoing solide

Dans cette volonté de mieux consommer, le choix du shampoing solide est un des leviers les plus accessibles à tous. En effet, il pourrait réduire le gaspillage puisqu’il permet de faire près de 50 shampoings (pour un morceau de 100 grammes) soit l’équivalent de près de trois flacons plastiques.

My Little Tambouilles nous confiait que pour de nombreuses personnes cela paraît complexe, pourtant 5 ingrédients suffisent à cette réalisation !

  • 60 g Tensioactif SCI, c’est l’ingrédient indispensable. Autrement dit Sodium Cocoyl Isethoniate, c’est un dérivé de l’huile de coco. C’est le tensioactif, le plus doux. Il va permettre de laver vos cheveux grâce à son pouvoir lavant et moussant. Sa particularité est qu’il est entièrement biodégradable.
  • 10 g poudre de plante, ici Justine choisit le Shikakai
  • 20 g d’huile végétale, le choix se porte sur l’huile végétale d’avocat pour son côté nourrissant, fortifiant, brillant et favorisant la pousse des -cheveux.
  • 15 à 20 gouttes d’huile essentielle, cette fois on part sur l’ylang-ylang car elle fortifie et fait briller les cheveux. Ainsi que pour son odeur exotique.
  • 10 g d’eau.

C’est parti pour la pratique

Pesez le SCI, la poudre de plante, l’huile végétale et l’eau. 

Placez votre bol au bain marie et laissez fondre la préparation en mélangeant avec un mini fouet jusqu’à obtention d’une pâte bien lisse et homogène. En fonction de la poudre de plante utilisée, vous devrez peut-être ajouter un peu d’eau.

Retirez ensuite du bain marie et ajoutez l’huile essentielle de votre choix. Si vous ne souhaitez pas ajouter d’huile essentielle, vous pouvez ajouter une fragrance naturelle pour parfumer votre shampoing.

Mettez rapidement la préparation dans des moules en silicone. Puis placez là au congélateur 15 minutes.

Enfin, retirez-la du congélateur, démoulez les shampoings puis laissez sécher à l’air libre pendant 48h avant de les utiliser.

Vous pouvez bien sûr adapter la recette avec une poudre de plantes plus en adéquation avec vos cheveux ainsi que l’huile végétale et l’huile essentielle.

Infos pratiques de My Little Tambouilles

J’espère que ce petit atelier vous donnera envie de vous lancer.

N’hésitez pas à contacter My Little Tambouilles sur son site internet pour en savoir plus ou bien même réaliser un atelier avec Justine !

Retrouvez également Justine sur Facebook & Instagram (@my_little_tambouilles) pour suivre son actualité et ses astuces au quotidien.

Si vous cherchez d’autres idées pour occuper vos loisirs c’est par ici aussi :

Rennes, capitale de Bretagne

Rennes est aux portes de Bretagne un endroit chargé d’histoire où il fait bon vivre. C’est en une phrase un aperçu de ce qui nous attend dans cet article. Il y a tellement à dire sur la ville qu’il va falloir être efficace pour éviter 5h de lecture 🙂

Rennes et son histoire : de capitale du peuple gaulois à capitale de Bretagne

Avant de parler de choses à faire, nous trouvons intéressant de retracer, en quelques lignes, l’histoire de Rennes, capitale de Bretagne, afin de mieux comprendre la ville.

“Condate” voulant dire “confluent” de sa position entre la Vilaine et l’Ille était la capitale du peuple gaulois des Redones. La ville occupa une position importante aussi à l’époque Romaine en étant la capitale des cités Gallo-Romaines. Profitant donc à juste titre des routes commerciales de l’empire.

Devenant une ville des “Marches de Bretagne” sous Charlemagne en l’an 800 grâce à sa position aux portes de Bretagne, la ville était la capitale du duché de Bretagne.

Bref, vous l’aurez compris, Rennes a toujours été un lieu important pour le développement de la région. Cela lui vaudra aussi d’être assiégé en 1491 lors de la guerre contre le royaume de France avant de devenir en 1532 la capitale de province en accueillant le Parlement de Bretagne.

En 1720 un incendie ravageur se déclare la veille de Noël et dure une semaine avant d’être maîtrisé. Le bilan est lourd, près de 1000 maisons détruites soit plus de 40% de la ville haute (au nord de la Vilaine) laissant 8000 personnes à la rue. Rennes perd une partie de son histoire pourtant si bien conservée jusqu’alors.

Nous apprenons énormément de choses nous même en écrivant ses articles. Savez-vous que la ville fut sous l’occupation Prussienne lors de la grande coalition à la chute de Napoléon en 1815 ?

Et si on se baladait pour découvrir la ville ?

Souvent élue dans les villes où il fait le plus agréable à vivre, Rennes reste chaleureuse et à taille humaine. D’ailleurs, d’après une enquête de la commission européen, Rennes est la 8ème ville européen où il fait bon vivre selon ses habitants !

Alors que faire dans cette ville si bien évaluée ? Faisons un tour rapide pour une belle journée à Rennes.

Commençons comme les ducs et duchesses d’antan et empruntons les Portes Mordelaises, vestiges des remparts de Rennes en pleine restauration. Surnommées les portes royales, elles s’ouvrent sur la Cathédrale St-Pierre dont l’hôtel romain et les vitraux sont impressionnants.

En sortant nous vous invitons à arpenter les ruelles pavées du Chapitre, de la Palette et du St-Sauveur. De découvrir l’architecture de ses vieilles maisons et l’église Saint-Yves avant de rejoindre la place de l’hôtel de ville. Avec sa forme particulière, l’Opéra donne l’impression de pouvoir s’imbriquer parfaitement à l’hôtel de ville qui lui fait face. C’est d’ailleurs le plus petit Opéra de France ! Juste à côté se tient le fameux Parlement de Bretagne, lui aussi victime d’un incendie ravageur en 1994 mais restauré par la suite.

En remontant, pensez à faire un détour par le marché place des Lices. A l’inverse de l’opéra, le marché est le deuxième plus grand de France avec plus de 300 producteurs locaux. Idéal donc pour découvrir les produits de notre région et surtout la galette saucisse ! De nombreuses maisons en pans de bois sont visibles depuis cette place et dans les rues à proximité. On est toujours au centre de la ville historique, près de la rue Saint-Michel (mais si, vous connaissez “la rue de la soif » !) et de la place Saint-Anne avec le très beau Couvent des Jacobins.

Côté nature

Pour la pause nature on pense directement au Parc du Thabor en plein centre ville.

Sur 10 Ha on retrouve un jardin botanique, un parc à la française, à l’anglaise, des bassins, une cascade et des volières… Bref, il y en aura pour tous les goûts afin d’en profiter en solo, en famille ou entre amis le temps d’un pique-nique. Notez pour la saison prochaine qu’il y a le festival Mythos au printemps ainsi que de nombreuses animations musicales aux beaux jours.

Par ailleurs, vous pouvez aussi profiter des quais de la Vilaine pour une promenade jusqu’au Jardin de la confluence.

Rennes sous la pluie

Nous ne ferons pas nos chauvins en rappelant qu’il pleut moins à Rennes qu’à Bordeaux ou Nice par exemple, promis ! Néanmoins, voici quelques pistes pour profiter de Rennes l’hiver venu.

Nous vous avions parlé du Musée de Bretagne dans l’article ci-dessous, idéal pour découvrir l’histoire de la région de la préhistoire à nos jours. Gratuit depuis septembre 2020, une salle est dédiée à l’affaire Dreyfus puisque le procès en révision à eu lieu à Rennes, au lycée Emile-Zola.

Juste à côté se situe l’Espace des sciences et le Planétarium, des endroits parfait en famille avec les enfants par exemple. Plus d’information sur le site internet:

Vous retrouverez aussi de nombreux autres musées tels que le Musée des Beaux arts, le FRAC (Fonds Régional d’Art Contemporain).

Le soir venu vous pouvez profiter d’un spectacle au Liberté ou au TNB (Théâtre National de Bretagne). Sinon il existe de nombreuses illuminations et spectacles de rue tout au long de l’année.

Côté restauration, il y en aura pour tous les goûts alors nous ne sommes pas inquiet que vous trouverez votre bonheur. Néanmoins regardez en avance et réservez car les restaurants se retrouvent vite complets.

Et pour finir sur cette capitale de Bretagne

Parler de Rennes est complexe tellement il y a de choses à faire. Ici nous avons juste regardé une première couche des plus connues de la ville afin de donner une vision d’ensemble.

Nous allons bientôt faire deux visites : Odorico et l’art de la mosaïque ainsi que le Street art. Aussi nous pourrons rentrer plus dans les détails afin de vous partager quelques pépites et secrets de Rennes. D’ores-et-déjà vous pouvez nous indiquer des coups de cœur que vous souhaitez partager 🙂

Retour sur notre premier géocaching

Il n’y a pas d’âge pour la chasse aux trésors grâce au Géocaching ! Alors, le temps d’un instant, seul, en famille ou entre amis, profitez-en pour découvrir le patrimoine d’Ille-et-Vilaine en vous amusant.

Géocaching et aventure

Si on m’avait dit un jour que j’utiliserais autant le mot Géocaching, je ne l’aurais pas cru. Pour ceux qui découvre le principe on vous donnait pleins d’informations dans cet article :

Sinon en résumé c’est une grande chasse aux trésors des temps modernes ! Il suffit de répondre à des questions pour résoudre des énigmes et atteindre la cachette finale où se trouve le trésor. C’est une manière ludique, naturelle et culturelle pour découvrir le patrimoine de notre joli département.

Alors c’est bien beau de vous l’écrire dans les articles, mais on a voulu nous aussi essayer directement grâce à l’application “Trésors de Haute-Bretagne”.

On a fait une chouette chasse aux trésors

Personnellement, j’ai habité quelques années à Bécherel, alors pour une première expérience on s’est dit qu’essayer dans un village plein de charme était le meilleur moyen de faire une pierre deux coups !

Nous voilà donc à Bécherel en ce dimanche 11 Octobre, petite cité d’art et d’histoire, première cité du livre de France.

Il fait beau et… non non, c’est l’automne, on ne sait pas vraiment le temps qu’il fait mais ça ne nous arrête pas dans notre quête du jour. Nous commençons donc au point indiqué par l’application “Trésors de Haute-Bretagne” à la sortie de la ville (ou à l’entrée si vous venez de l’autre côté remarquez).

La quête du jour s’appelle: “De pas à pages” et souligne déjà le caractère culturel de l’application. Au lancement nous avons les informations pratiques: difficulté, durée et distance. Nous partons donc à la découverte de la ville, guidés par Barbobec, un Korrigan amoureux d’histoire. Il nous présente de façon ludique l’environnement dans lequel nous évoluons et nous emmène ainsi au point suivant.

D’étape en étape nous apprenons pleins de petites anecdotes sur la ville. Je ne peux pas vous en raconter car vous perdrez la surprise si vous faites le parcours. Néanmoins j’ai découvert en 2h plus de choses qu’en 4 ans d’habitation. Bon à ma décharge j’étais enfant à l’époque. Le parcours fait le tour entier de la ville et de ses principaux centres d’intérêts allant du lavoir au centre historique protégé de fortifications et remparts. Bref, nous finissons par trouver la cachette secrète avec joie et satisfaction vis-à-vis du Géocaching !

L’application des Trésors de Haute-Bretagne

Pour rappel “Trésors de Haute-Bretagne” est le nom de l’application développée par le Comité départemental du Tourisme. Elle regroupe plus de 100 cachettes partout en Ille-et-Vilaine !

Voici le liens de leur page, quant à nous nous avons hâte de refaire un parcours !

Et si on se faisait une chasse aux trésors

Il n’y a pas d’âge pour la chasse aux trésors grâce au Géocaching ! Alors, le temps d’un instant, seul, en famille ou entre amis, profitez-en pour découvrir le patrimoine d’Ille-et-Vilaine en vous amusant.

Chasse aux trésors et Géocaching

Le Géocaching est une grande chasse aux trésors des temps modernes qui consiste à rechercher, à l’aide de coordonnées GPS des « cachettes ».

Disponible 24/24H et 7/7J, gratuit et ouvert à tous, vous participerez à une grande aventure ludique, naturelle et culturelle. C’est l’activité idéale à faire en famille ou entre amis pour découvrir (ou redécouvrir) de manière pédagogique le patrimoine.

Le principe est simple : répondre à des questions et résoudre des énigmes pour accéder aux coordonnées de la cachette finale.

A la campagne ou en ville, difficile ou non, il y en a pour tous les goûts. Les seuls besoins sera une bonne paire de chaussures et votre téléphone pour télécharger l’application “Trésors de Haute-Bretagne”.

L’application Trésors de Haute-Bretagne

Retrouvez plus de 100 trésors en Ille-et-Vilaine grâce à l’application Trésors de Haute-Bretagne. Nous on adore et on vous en dit plus !

Disponible gratuitement sur Apple Store et Google Play avec un simple mail et mot de passe vous voyagerez de Saint-Malo à Rennes, de Brocéliande à Redon ou bien de Cancale à Combourg.

En effet, des trésors ont été dérobés et cachés par une bande de petits korrigans. A vous donc de retrouver les trésors des Korrigans, de surfer sur la toile à la recherche d’horizons inconnus ou bien de débusquer “Darkann”, le plus vil d’entre eux !

C’est le comité départemental du tourisme de Haute Bretagne qui a mis en place cette application. Elle est incroyablement bien travaillée afin de permettre ce joli temps de découverte.

Pour en savoir plus voici le lien de la page et pour finir de vous convaincre une petite vidéo.

Vous ne trouvez pas les cachettes secrètes des Korrigans? Voici notre retour d’expérience. Sinon il y a d’autres façons de découvrir notre riche patrimoine juste ici : 

Vitré, la cité médiévale qui traverse le temps

Cette semaine nous voilà à Vitré, la cité médiévale qui traverse le temps ! Charmante petite ville à taille humaine, accueillante et animée aux portes de Bretagnes.

Vitré et son histoire

Vous nous connaissez, on va commencer par vous parler un petit peu de l’histoire de Vitré et de littérature. Et oui, car même Victor Hugo en parlait !

Il écrivait, dans Notre-Dame de Paris : “Le bonheur de voir une ville gothique, entière, complète, homogène, comme il en reste encore quelques-unes: Nuremberg en Bavière, Vittoria en Espagne et Vitré en Bretagne…” 

Vitré a célébré en 2008 ses 1000 ans d’histoire connue, même si la ville est bien plus ancienne. Cette date correspond aux premières constructions de fortification. Néanmoins le château, en lieu et place que nous connaissons date du 13ème siècle. 

La ville a connu une forte croissance au cours des siècles suivants grâce au commerce de toiles de chanvre (Canevas). En effet les produits étaient exportés dans toute l’Europe et en dehors. Cela ce faisait grâce aux regroupement de commerçants en confrérie de marchands d’outre mer. La ville s’est renforcée au sein de ses murailles. Au 17ème siècle la ville connue un déclin lorsque les barons préféra la cour de Versailles à la province.

L’arrivée du chemin de fer et la ligne Paris-Brest a permis un nouvel essor à cette ville. De nos jours, Vitré reste l’un des bassins d’emploi les plus actifs de France.

Aujourd’hui la demeure des puissants barons de Vitré, apparaît comme la figure de proue d’un ensemble remarquablement bien conservé.

A ne pas manquer à Vitré

Il y a quelques années j’ai travaillé à Vitré (bon je ne racontais pas encore ma vie), j’allais manger au Jardin du Parc. Un joli parc de centre-ville de 7 HA re-dessiné durant le second empire en parc aéré et agréable. Et voilà je passais à côté du reste de cette ville classée “Plus beaux détour de France”. Qui plus est Vitré est Ville Art et Histoire depuis 1999 pour son passé médiéval et son riche héritage architectural.

Le temps d’une journée nous nous sommes laissés vagabonder au gré de nos envies dans ses rues pavées. De la rue d’En-bas (ou d’Embas ? Est-ce qu’il y a un.e Vitréen.ne qui pourrait enfin trancher sur l’orthographe de cette rue s’il vous plaît ?), à la rue de la Baudrainie et la rue Poterie. De la découverte des maisons anciennes à pans de bois, au fort pittoresque et aux remparts.

Musée et activité

En écrivant le texte je me suis dis que je devais vous parler des activités que propose le château avant d’oublier:

Vous pouvez visiter le musée de Vitré au cœur du château pour découvrir le patrimoine et d’histoire, plus d’information ici: 

Le château propose aussi un escape game, c’est un lieu unique pour découvrir l’histoire de Vitré et de Pierre-Olivier Malherbe (le premier homme à avoir fait le tour du monde par voie terrestre en 1600, enfin “environ” car il l’a fait en 17 années).

On continue la rubrique: A ne pas manquer

Après la restauration tant attendu du midi au marché place de la république (samedi et lundi 8h-12h) promenez-vous au “Pré des lavandières”. Pour se faire, vous pouvez descendre la promenade du val, au pied du château, et emprunter un petit chemin entre les maisons qui vous emmènera au bord de la vilaine. Le chemin vous conduira à un lavoir et une ancienne tannerie, accompagnés de moutons et chevaux un peu plus loin.

Si vous êtes venus en voiture, vous pouvez retrouver à quelques kilomètres le château des Rochers – Sévigné. C’était la demeure bretonne de Mme de Sévigné, célèbre épistolière du temps de Louis XIV qui écrivit près de 300 lettres au château des Rochers, soit un quart de son œuvre conservée. Elle tomba amoureuse de la demeure dès 1644 et y vivra 6 ans  en tout, en différents passages jusqu’à sa mort en 1690. Le jardin de ce château est basé sur un dessin d’André Le Nôtre, jardinier du roi Louis XIV et réalisateur du jardin de Versaille tout de même !

Le soir venu nous ne pouvons que vous conseiller de déambuler dans les ruelles du vieux Vitré. En effet, depuis le 15 décembre 2018, à la nuit tombée les rues s’illuminent mettant en valeur la beauté architecturale de la ville entre passé, présent et futur. Ces éclairages muraux, les “Vitrégraphies”, sont présents toute l’année !

Par ailleurs, si vous aimez les découvertes de villes, retrouvez notre visite de Saint-Malo, la cité corsaire ici :

Atelier DIY en cuisine avec le gratin de courges

Et si on se faisait un petit atelier en cuisine sur notre temps libre ? En solo ou à plusieurs, c’est une activité idéale à réaliser à la maison. Qui plus est, ça fera aussi un super repas à partager à table le soir !

Recette de cuisine transmise par Citrouilles & Co

Pour l’atelier cuisine du jour, l’association Citrouilles & Co nous a donné une super recette : délicieuse et gourmande. Mais avant toute chose, présentons les:

L’association  existe depuis 6 ans et propose chaque automne la vente de citrouilles et autres cucurbitacés à Plesder et alentours. L’ensemble des bénéfices est reversé au Téléthon.

En 2018 nous avons assisté à la Fête du Barouf, un concert créé par l’association en partenariat avec la ville de Plesder. L’année 2020 devait être l’année de leur deuxième édition. Néanmoins la situation sanitaire oblige l’édition à dû être déplacé. Nous les retrouverons sûrement en 2021 et aussi sur la future plateforme Alors, on y go! 🙂

Voici la page Facebook de l’association pour en apprendre un peu plus sur eux :

Au tour de l’atelier de cuisine

Citrouilles & Co c’est des citrouilles, mais pas que ! Bon c’est vrai que le titre de l’article dévoilait déjà toute surprise sur le plat. Il restera celle culinaire à la fin du repas !

La recette de notre atelier “Do It Yourself” (DIY pour les intimes) s’intitule: Gratin de courges spaghetti à l’italienne. Et en plus c’est un plat parfaitement de saison, Alors, on y go ?

N’hésitez pas à nous faire un retour de votre réalisation.

Si vous cherchez une autres activité à réaliser, laissez vous tentez aussi par l’origami, idéal pour un temps relaxant :

Dinard et son festival de film Britannique

Qui n’a jamais entendu parlé du festival de film Britannique de Dinard. De ses nombreuses stars qui s’y croisent telles que Hugh Grant, Monica Belluci, Gérard Darmon, et j’en passe. C’est la 31ème édition cette année, enfin non, ça aurait été la 31ème édition du 30 septembre au 04 octobre mais du fait de la situation sanitaire le festival a été annulé.

Nous étions prêts à aller voir le film vainqueur couronné du célèbre “Hitchcock d’or”, qu’à cela ne tienne, nous irons quand même à Dinard !

Dinard l’élégante

Oui je suis d’accord, quand on tape Dinard sur le moteur de recherche, on a toujours une association avec l’élégance. Mais pour la petite histoire c’était le nom d’une plage : plage des élégantes, devenue maintenant la plage de l’écluse.

La plage de l’écluse, vous savez, celle qui a accueilli le premier établissement de bain dans les années 1859 ! Non? laissez moi vous parler d’histoire un petit peu.

Dinard, l’une des plus vieilles stations balnéaire de France

Dinard a longtemps été un petit village secondaire profitant d’une position d’arrêt pour les marins en escale à Saint-Malo. Néanmoins c’est durant le second Empire que Dinard s’éveille et ce grâce à l’influence anglaise qui en fait un lieu de villégiature par excellence.

En 1859 est construit l’Hôtel de Dinard (devenu le Grand Hôtel), un établissement de bains sur la plage de l’écluse et aussi un premier Casino. De grandes demeures et villas se construisent très vite pour accueillir toutes l’aristocratie française, anglaise et plus encore. Les artistes s’y succèdent aussi à l’image de Victor Hugo ou Picasso qui y peint sa série intitulée “Les Baigneuses”. 

A la fin du 19ème siècle Dinard est l’une des stations balnéaires les plus prisées.

Néanmoins l’entre deux guerres et le Krach boursier de 1929 sonne le départ de cette influence anglaise et américaine. Pourtant cela ne rime pas avec la fin de la grande période de Dinard qui a su s’adapter et se moderniser notamment en protégeant son patrimoine architectural (407 villas classées en patrimoine).

Promenade et balade aux bord de l’eau

La semaine dernière nous vous parlions de Saint-Malo dans l’article présent ici:

Nous voilà maintenant à Dinard, jolie ville de bord de mer surplombant l’estuaire de la Rance et la côte d’Emeraude.

Dinard étant ville d’art et d’histoire, il existe des guides-conférenciers pour visiter la ville de mars à novembre.

Pour notre part nous attaquons la journée par le sentier des douaniers (GR34 !). Il longe la mer et permet de rejoindre Saint-Lunaire et Saint-Briac. Allant de la végétation méditerranéenne grâce à la douceur du climat de la ville aux paysages marins, le circuit sillonne les splendides villas aristocratiques.

C’est le chemin à ne pas manquer pour découvrir Dinard et son histoire. Nous traversons la promenade  au Clair-de-lune, la pointe du Moulinet et de la Malouine.

Mais nous n’oublions pas, non surtout pas, l’heure du repas et de la galette saucisse dégotée au marché des Halles de la Concorde. Cette fois l’endroit est idéal pour prendre le poul de la ville. C’est aussi l’un des plus grands de la région et il est présent le mardi, jeudi et samedi.

Le parc de Port-Breton et la fin de soirée

Pour les amoureux de vélo, Dinard est une superbe étape de l’itinéraire Manche-Océan par la voie verte.

Pour notre part, c’est direction le parc de Port-Breton et son château.

Construit en 1920 par une aristocrate anglaise et surnommé le “Versailles dinardais” l’ensemble a été acheté par la ville de Dinard en 1982 (château) et 1989 (parc). Il s’agit de l’endroit parfait pour se promener en famille et profiter des 40 espèces animales présentes ainsi que les 20 espèces en volières. Côté sport, le parc dispose aussi d’un parcours sportif pour vous !

Enfin, pour la fin de soirée, il ne faut surtout pas rater la mise en lumière au gré d’une musique classique/jazz sur la promenade Clair-de-lune. Nous en avions parlé sur notre page Facebook, l’évènement était prolongé jusqu’au 04 octobre du jeudi au dimanche à partir de 21h30. Si vous n’avez pu y aller l’événement reviendra sûrement l’année prochaine.

Voici le lien de la ville de Dinard et pour finir de vous convaincre on vous laisse une superbe vidéo juste en dessous !

Le Grand Soufflet, l’événement musical revient pour sa 25 ème édition

Le Grand Soufflet commence et dure jusqu’au 10 octobre pour une 25ème édition anniversaire. Laissez-vous porter au rythme de l’accordéon par ce festival français de musique actuelle et musique du monde.

Conception graphique : Atelier PUZZLE (Rennes)

Les protocoles sanitaire du Grand Soufflet

Un festival de musique ? En 2020 ? Oui c’est possible, c’est Le Grand Soufflet et ça va nous faire le plus grand bien !

Comme le disait Caroline Bochu, co-directrice du festival, à Ouest-France “ Faire un festival relève du tour de magie…”

Mais la magie va se retrouver surtout dans la musique, celle qui nous fait vibrer et nous donne de l’énergie positive. 

Pour se faire, Le Grand Soufflet a mis le paquet sur la sécurité et les protocoles sanitaires. Pour ne donner qu’un exemple: le chapiteau du Thabor qui accueille 645 spectateurs debout normalement se transforme cette année en 152 places assises.

Vous pouvez retrouver toutes les mesures sur ce lien :

Malheureusement nous devions faire un paragraphe sur les mesures sanitaires et nous pensons bien aux nombreux événements annulés en parallèle.

Parlons un peu musique et Grand Soufflet

Créé en 1996 le Grand Soufflet est un événement de musique départemental ! 

En effet sa particularité est sa dimension brétillienne avec la participation de lieux culturels et médiathèques de toutes tailles.

Co-organisé par une trentaine de communes et plus de 50 bénévoles c’est 14 000 spectateurs qui se regroupent autour de la musique et des 70 concerts proposés.

Le thème de cette édition est l’harmonica “piano de poche et culture nomade” qui regroupe une douzaine d’artistes sur les 35 attendus.

Nous vous invitons donc à écouter les artistes tels que “Blankass”, “Greg Zlap” “Little Tom” et plein d’autres

Retrouvez la liste des artistes présents et la programmation ci dessous: 

Un festival et bien plus encore

Pour ceux qui veulent essayer l’harmonica, thème de l’édition 2020, il y a une Masterclass. “Voyage autour de l’harmonica” de Philippe Géhanne le dimanche 04 octobre à Parcé.

Car Le Grand Soufflet c’est aussi des expositions telles que “Accordéons et souvenir de voyage” à La Mézière médiathèque jusqu’au 17 octobre.

Des conférences comme celle de “Two men in blue” le vendredi 09 octobre à Ty Blosne.

Ou bien aussi des rencontres avec, par exemple, Little Tom dont voici le lien pour plus d’information :

Bref, Le Grand Soufflet c’est un seul mot d’ordre : la musique !

Alors, on y go est ravi de pouvoir aller y faire un saut pour découvrir le monde de l’accordéon et l’harmonica mais aussi refaire le plein d’ondes positives.

Si vous cherchez d’autres idées d’inspirations vous pouvez en trouver sur le petit bouton en dessous !

On ne pouvait pas vous quitter sans un air de musique, alors on vous laisse avec Moses Concas :

Le “Rendez-vous en terre connue” de l’office de tourisme du Pays de Châteaugiron

Rendez-vous en terre connue, c’est un joli nom, et c’est surtout celui de la super initiative de l’office de tourisme du Pays de Châteaugiron. Partir à l’aventure pour valoriser le territoire, nous on adore !

L’incroyable initiative

Rendez vous en terre connue, ça nous rappel un nom d’émission hein ! Qu’est-ce qui se cache derrière? Une super initiative.

A travers une série de trois vidéos, on retrouve Laëtitia et Delphine, guides à l’office de tourisme du pays de Châteaugiron. Parties 3 jours (le 4,5 et 6 Août 2020) à pied et sac sur le dos pour découvrir ou redécouvrir le pays de Châteaugiron.

Leurs parcours ? Inconnu avant le départ, il a été réalisé par leurs collègues de l’office qui ont planifié leur chemin, les activités et les défis à relever.

Le but ? Valoriser le patrimoine, découvrir ses richesses, ses activités insolites et bien-sûr ses habitants !

Jour 1: Châteaugiron et Piré-Chancé

Chez “Alors, on y go”, il y a des Castelgironnais (c’est notre joli nom quand on habite Châteaugiron) alors on avait hâte de voir les chemins empruntés !

Le 4 Août 2020, c’est le grand départ de l’aventure et dès le début nous découvrons une balade inconnue, celle qui sillonne le long de la Quimcampoix, petit cours d’eau à Piré-sur-seiche.

Image venant du site de “Sentier-en-france.eu”

On retrouve, ensuite, nos deux aventurières au Château des Pères avec Sylvain, un chef du restaurant de la Table des Pères, pour un premier défi : réaliser un vinaigre de tomate avec les fruits du potager.

La Table des pères aura préparé un pique-nique pour nos deux guides qui nous met aussi en appétit.

On adore ce lieu et on vous le décrivait ici aussi :

De retour à Châteaugiron pour le reste de l’après-midi avec la découverte du Château, des 3 CHA et à la rencontre de ses habitants avant une nuit au camping près de l’étang !

Jour 2: Saint-Aubin du Pavail, Noyal-sur-Vilaine, Servon-sur-Vilaine et Domloup

Le réveil est matinal pour cette deuxième journée qui commence à la ferme des Hautes Marettes à Saint-Aubin du Pavail. Objectif la fabrication de fromages qui, comme le vinaigre de la veille, est superbement bien détaillé !

Ce deuxième jour est chargé en déplacements, effectués en stop d’ailleurs, et en activités.

Nos deux baroudeuses en profitent pour découvrir l’espace éco-chanvre à Noyal-sur-Vilaine avant d’aller à Servon-sur-Vilaine. Elles rencontrent Julie du service environnement du pays de Châteaugiron communauté pour la balade de la boucle du gué.

Voici le lien de “sentier-en-france” qui détaille très bien cette randonnée et d’autres encore :

La boucle du gué a des gestionnaires un peu particuliers : des moutons ! C’est parfait pour l’entretien des parcelles grâce à l’éco-pâturage.

Le soir venu, nos guides se retrouvent à la grange de Saint-Aubin du Pavail pour le repas. 

Certes, il est midi quand je vous parle de ça, mais je pourrais faire un article entier sur leurs fondues l’hiver (mais je m’égare), miam !

Jour 3: Domloup et Châteaugiron

Dernier jour, déjà, du périple de Laëtitia et Delphine qui commence sportivement avec une balade à vélo à Domloup. Direction : la chapelle Notre Dame de la rivière, située dans le Vallon au bord de l’Yaigne. Puis à pied à travers la vallée du Rimon et la Glaume.

Côté réalisation ce sera un atelier tissage avec Sylvie à la boutique Créateurs Trotteurs en plein cœur de Châteaugiron.

C’est après un tour à la piscine « Inoxia » de Châteaugiron que se termine l’aventure 2020 réalisée par l’office de tourisme du pays de Châteaugiron. Une super initiative pour valoriser le territoire !

Retrouvez les vidéos sur le compte Youtube de l’office de tourisme du Pays de Châteaugiron:

On a fait le Brunch des Créateurs

Ce week-end c’était le Brunch des créateurs au Couvent des Jacobins. 7ème édition d’un rendez-vous devenu incontournable au fil des années à Rennes. Vitrine des exposants et de leurs ateliers, parfait pour occuper un temps de loisirs !

Un brunch sans brunch

“Cette année, pas de brunch au brunch des créateurs” nous avaient annoncé les organisateurs de l’événement.

Dans un contexte sanitaire complexe ce 26 et 27 septembre 2020, le rendez-vous des créateurs a été maintenu avec des consignes strictes pour protéger les exposants et le public.

Les incontournables distances sociales, port du masque et désinfection des mains se retrouvent complétés par la suppression de la restauration et des animations gratuites. L’inscription à l’évènement était aussi obligatoire afin de transmettre à l’ARE les informations nécessaires en cas de contamination et une jauge de 500 personnes avait été instaurée.

On a fait le Brunch des Créateurs 2020

Si vous n’êtes jamais allés au Couvent des Jacobin, place Saint-Anne à Rennes, c’est une occasion parfaite pour faire une pierre deux coups ! Le Bâtiment est devenu centre des congrès de Rennes métropole en 2018 et présente des expositions et séminaires dans un cadre au croisement de l’histoire et du moderne.

Pour la 7ème édition du brunch, près d’une centaine d’exposants sont au rendez-vous venus de Rennes et d’ailleurs pour une sélection variée et qualitative de création.

Dans un parcours en sens unique et fléché nous découvrons des stands de bijoux, papeterie, cosmétique. Mais aussi de maroquinerie et de poterie pour ne citer qu’eux.

Chaque stand est unique, chacun d’eux nous expose leur travail et leur passion qu’ils transmettent dans leurs créations. En plus, la touche est soignée, épurée pour ne laisser que leurs arts en avant. Les espaces entre les exposants permettent d’éviter les groupes de personnes et donne la possibilité d’échanger facilement avec ces passionnés !

A notre passage samedi après-midi un atelier créatif est disponible, celui de “MAUNAME” qui propose un cours de couture.

Vivement 2021 pour le prochain

Cet évènement est une véritable vitrine pour les créateurs et vous pouvez les suivre par exemple sur instagram ici :

Nous n’avons qu’une hâte: revenir l’année prochaine. Nous l’espérons dans un contexte permettant la réalisation du brunch et des diverses activités normalement présentes.

Si vous cherchez un atelier de création pour votre temps de loisirs, vous pouvez retrouver celui d’Elisabeth Douet:

Et si on se mettait à la couture ?

Quand j’étais petite j’adorais jouer dans la pièce secrète de ma grand mère, couturière de profession. C’était une pièce colorée de mille et une couleurs apposées sur les tissus et autres rouleaux. Le mannequin nu attendait, là dans l’angle de la pièce, d’être vêtu d’une nouvelle création.

Comment pouvait elle réaliser de si belles créations en partant de si peu ? Comment arrivait elle à imaginer tout ça ?

Un peu plus grande maintenant, c’est avec envie que je souhaite commencer mes première réalisations, Alors, on y go ?

A la rencontre d’Elisabeth Douet de l’atelier l’aiguille creuse.

Perdue dans mes questionnements, il me fallait les conseils d’Elisabeth Douet, passionnée et passionnante couturière de l’atelier l’Aiguille Creuse !

Alors, on y go: Merci Elisabeth du temps que tu nous accordes à nous aiguiller. Tu es la créatrice de l’atelier l’Aiguille Creuse, c’est un nom qui me parle d’ailleurs, ça vient d’où ?

Elisabeth: C’est un clin d’œil en lien avec le titre d’une aventure d’Arsène Lupin.

Alors, on y go: La couture c’est une passion pour toi car il me semble que tu as fais des études dans un autre secteur d’activité, d’où vient cette passion ?

Elisabeth: En effet, j’ai un diplôme d’Ingénieur en Agriculture. Ma passion pour la couture remonte à bien loin, ma mère et mes grands-mères m’ont initiée lorsque j’étais enfant. Je m’y suis sérieusement remise à la naissance de mes enfants (mon aînée a maintenant 18 ans).

Alors, on y go: Que propose-tu comme offres à travers ton atelier ?

Elisabeth: L’idée est de transmettre mes connaissances à tous ceux qui veulent se mettre à la couture. De la découverte de la machine à coudre à la réalisation de petits ouvrages jusqu’à l’accompagnement de projets plus complexes. Je mets à disposition des plus grands débutants tout le matériel nécessaire.

Alors, on y go: As-tu une zone géographique de prédilection ? Ou bien même des horaires types pour les ateliers ?

Elisabeth: J’habite à Châteaugiron, et je peux me déplacer avec mon atelier ambulant autour de Châteaugiron dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres. Actuellement, les ateliers auront plutôt lieu dans la journée, car j’interviens dans une association plusieurs soirs par semaine.

Alors, on y go: Il me semble que la réservation se fait par téléphone de préférence, non ? Existe t’il d’autres moyens ?

Elisabeth: Pour réserver un atelier, il faut me contacter par mail ou par téléphone, afin de prendre rendez-vous. Il est toujours préférable d’échanger par téléphone pour préparer l’atelier pour que la séance corresponde au mieux à ton souhait.

Et si on se lançait ?

Alors, on y go: Si je devais commencer la couture, de quel matériel aurais-je besoin ?

Elisabeth: Rien du tout ! Je fournis tout ce dont tu auras besoin : machine à coudre, nécessaire de couture, fourniture pour les petits projets.

Alors, on y go: Quel est, pour toi, le parfait premier projet à réaliser ? Est-ce long ?

Elisabeth: Il n’y a pas de parfait premier projet ! Tu peux commencer par des objets simples et rapides à réaliser (en 2h – 2h30), comme des lingettes démaquillantes, une petite corbeille bric à brac, un tote bag… ou se lancer directement sur un projet de plus longue haleine qui nécessitera plusieurs séances.

Alors, on y go: D’autres conseils que j’aurais oubliés ?

Elisabeth: La couture est accessible à tous, il faut en avoir envie, et savoir que la réalisation d’un objet (accessoire, vêtement…) peut demander un peu de temps.

Il y a plus qu’à, comme on dit !

Encore un grand MERCI à Elisabeth, de l’atelier l’Aiguille creuse, pour le temps qu’elle nous accorde. 

Après cela je ne peux plus me défiler, il ne me reste plus qu’à imaginer, créer, réaliser et prendre plaisir. A mon tour d’avoir ma pièce secrète !

N’hésitez pas à jeter un petit (ou grand) coup d’oeil à l’atelier d’Elisabeth

Pourquoi pas essayer aussi en journée la semaine à Châteaugiron et ses alentours

Retrouvez aussi d’autres inspirations au pays de Châteaugiron sur le blog !

Une journée chargée à Saint-Malo: La cité corsaire

Saint-Malo, terre de Chateaubriand, écrivain et politicien, ou bien du navigateur Jacques Cartier, premier européen à décrire les terres du Canada durant le 16ème siècle.

Cité corsaire, ville de départ de la célèbre Route du Rhum (la course de bateau en solitaire jusqu’à la Guadeloupe qui a lieu tous les 4 ans hein, non mais je préfère préciser car des routes du rhum, j’en connais qui imaginent autre chose !).

A la découverte de Saint-Malo

En moins d’une heure de train depuis Rennes, nous voilà à la gare de Saint-Malo, en plein centre ville, un sac sur le dos, d’attaque pour découvrir la fameuse cité d’intra-muros.

Le chemin ? Toujours tout droit en sortant de la gare durant 15 minutes à pied !

La dernière fois que nous avons été de passage à Saint-Malo c’était en courant, oui vraiment en courant, c’était le semi marathon Cancale – Saint Malo. Une course fabuleuse à longer le littoral entre terre et mer… En vérité, c’était aussi un vent de face et une pluie battante, mais bon deux heures dessous ça fait un beau souvenir !

Le temps de vous raconter cette anecdote que nous voilà déjà devant les murs imposants des remparts de la cité intra-muros. Véritable cœur touristique et historique de la ville, il peut-être bon de commencer par en faire le tour en empruntant le chemin des remparts.

Promenade sur les remparts

Huit portes permettent d’entrer à l’intérieur d’intra-muros avec de nombreux escaliers pour monter sur la promenade des remparts.

Un chemin de 2 kilomètres pour environ une petite heure de marche en flânant, avec d’un côté une vue mer et de l’autre sur les maisons caractéristiques de la cité.

On y admire la côte d’Emeraude et la baie de Saint-Malo, on y longe les plages du Môle et du Bon secours, on y voit les îles du grand Bé et du petit Bé ainsi que le Fort National.

Le Fort National est d’ailleurs accessible depuis la grande plage de l’Eventail à marée basse. Construit en 1689 par l’architecte militaire Vauban, vous pouvez découvrir 3 siècles d’histoire grâce aux visites que propose le fort.

Enfin nous redescendons tranquillement à la Porte Saint Vincent, près du château de la duchesse Anne de Bretagne pour admirer, à l’extérieur des remparts, l’étoile du Roy, réplique d’une frégate corsaire de 1745 et 3ème plus grand voilier traditionnel de France !

L’heure de la pause gourmande

Dans un dédale de petites ruelles qui serpentent entre les murs gris de grandes maisons et magasins de marques régionales entre autres, nous débouchons pile devant le glacier Sanchez. Le destin fait bien les choses car j’y mange des glaces, aux parfums multiples, depuis ma plus tendre enfance, lui même est ici depuis 1992 ! 

Néanmoins la ville regorge de nombreuses autres spécialités telles que les perles de Saint-Malo, réalisées par Pascal Pochon maître chocolatier, les craquelins (avec de la pâte à tartiner !) ou bien sur nos célèbres crêpes et galettes (mais là je vais devenir chauvin alors j’arrête).

C’est une ville où il fait bon vivre : à chaque jour son marché !

Lundi et jeudi : Marché de Rocabay – Boulevard de la Tour d’Auvergne

Mardi et vendredi : Marché d’intra-Muros et marché de Saint Servan – place Bouvet

Mercredi : Marché de Paramé – place Georges Coudray

La suite de la visite par les parcs et jardins de Saint-Malo

Après cette interlude gourmande, il ne nous restait que deux options: une sieste digestive ou une promenade digestive.

Saint-Malo c’est 245 hectares d’espaces verts dont le plus proche d’intra muros est le jardin des douves, puisqu’il est au niveau des douves de la porte Saint Vincent. Il n’est pas bien grand mais c’est le jardin le plus ancien de Saint-Malo tout de même !

Pour plus de grandeur ? Direction le parc de Briantais à la sortie de la ville et ses 27 hectares qui surplombe la Rance. On y voit la tour Solidor, la ville de Dinard en face et l’estuaire de la Rance en contrebas.

La ville comprend aussi un total de 83 édifices classés ou inscrits au titre de Monuments Historiques.

Que faire à Saint-Malo quand il pleut

Et s’il pleut ? Pas de panique, il y a de nombreux musées qui témoignent de l’histoire de la ville.

Vous pouvez, notamment, opter pour un pass 2 musée comprenant le Manoir de Jacques Cartier et le Mémorial 39-45. C’est d’ailleurs un pass 4 musées normalement mais le musée d’histoire et le musée Cap Hornier sont fermés pour restaurer leurs collections et préparer l’ouverture du musée d’histoire maritime en 2022.

Avant de rentrer nous vous invitons à un dernier bol d’air marin sur la plage de l’éventail

Plus d’information sur la ville de Saint-Malo :

Si vous recherchez d’autres inspiration pour vos loisirs on a peut être quelque chose pour vous :

On a testé le Musée de Bretagne à Rennes

Un musée gratuit pour que la culture profite à tous!

Et oui, on vous disait que le Musée de Bretagne était devenu gratuit depuis un vote des élus le 11 septembre, alors nous sommes allés essayer !

D’ailleurs, comme le musée de Bretagne, l’Ecomusée du pays de Rennes et la bibliothèque des Champs libre aussi son gratuit ! Plus d’information sur l’article ci dessous :

Bretagne est univers

“Ô Bretagne éternelle, comme l’Univers !” écrivait Saint-Pol-Roux et inspirant le nom de l’exposition du musée de Bretagne.

“Bretagne est univers” nous emmène à l’origine préhistorique de notre région et longe le fil de l’histoire pour rejoindre notre époque moderne.

Entre objets (environ 3 000 objets présentés) images, musiques et interactions, l’exposition nous fait découvrir les traces de notre passé de façon ludique et intéressante.

De nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, à l’âge de bronze où la Bretagne était au cœur des axes commerciaux Nord-Sud, en passant par la conquête Romaines (mais il parait qu’un village d’irréductible gaulois résistait? Ah non, je confonds peut-être ?) et le développement du Christianisme.

Les invasions Vikings à la volonté d’indépendance difficile, au temps de la célèbre Anne de Bretagne, face aux puissances françaises et anglaises… Sans oublier les révolutions du 18ème siècle et les temps de guerre du 20ème siècle.

Bref un programme chargé pour une région chargée d’histoire !

L’affaire Dreyfus

L’année 2019 mettait en avant les 120 ans du procès en révision de l’affaire Dreyfus qui eut lieu à Rennes.

Le musée de Bretagne met en lumière ce sombre procès. 120 ans nous paraissent si loin, pourtant, en lisant les causes et raisons, on se dit que certains maux d’autrefois résonnent toujours avec notre époque.

C’est l’occasion donc d’en découvrir plus sur un procès historique dont certains soutiens ont marqué les archives. 

Vous ne me croyez pas? Et si je vous parle d’Emile Zola et son célèbre “J’accuse !”

Guidigo, une application pour visiter autrement le musée

Il est aussi possible de télécharger une application, Guidigo, qui vous emmènera dans des thèmes plus précis de la visite. Nous avions lancé le téléchargement de “On trouve de tout dans une armoire”, qui retrace l’histoire des vêtements en fouillant une armoire familiale.

Cependant, la faiblesse du Wifi a empêché la fin du téléchargement. Pensez à le faire à la maison avant de partir et prenez vos écouteurs.

Les infos pratique du musée

Rendez vous de 12h à 19h du lundi au vendredi et 14h à 19h le samedi et dimanche au 10 cours des alliés à Rennes

Entrée gratuite 🙂

Pour tout savoir c’est ici sur ce bouton:

Balade artistique et culturelle au Château des Pères

Ancienne maison de retraite des membres du clergé. Le Château des Pères est un véritable havre de paix où se mêle art et nature. En plus, c’est aux portes de Rennes.  

Connaissez vous le Château des Pères ?

Comme le dit le titre, le Château des Pères est un endroit paisible situé à deux pas de Rennes, à Piré-sur-Seiche précisément.

C’est un lieu où se mélange harmonieusement l’art, la culture, la nature et la gastronomie !

Après y être allé au moins 17 fois, après l’avoir fait découvrir aux amis ou à la famille, il était temps que je vous en parle aussi 🙂

La bâtisse et son histoire

Le Château des Pères ne porte ce nom que depuis le siècle dernier, mais les premières construction datent de 1317.

L’histoire de ce lieu mériterait un livre au vu du nombre de rebondissements qu’il a connus.

Incendié durant la guerre de cent ans en 1432, reconstruit, détruit, vendu comme bien national au prix de 16 000 F (en vrai, en euro maintenant il en vaut beaucoup beaucoup plus), restitué et j’en passe.

C’est en 1928 que le bâtiment fut cédé à la congrégation des Père du Saint-Esprit, d’où le nom actuel, qui en fera un centre de formation  puis une maison de retraite pour les pères, à entendre dans au sens religieux, bien évidemment.

La famille Legendre, rachète le domaine en 2011 pour en faire un lieu d’art et de travail manuel.

Voici plus d’information sur l’histoire du domaine

L’art, valeur phare du domaine

Avec ses 31 hectares de verdure, c’est le parc idéal pour profiter en famille des derniers beaux jours de septembre. On peut y découvrir près de 50 sculptures de collections permanentes ou d’expositions temporaires. 

Pour les propriétaires des lieux “la sculpture est un art qui intègre le partage, le savoir-faire et le travail de la matière” voulant ainsi que le parc soit un lieu de vie et de culture ouvert à tous !

Par ailleurs, vous pouvez aussi rencontrer les artistes vivant à demeure pour échanger et partager avec eux sur leurs créations.

Le Château des Pères propose aussi sur réservation des ateliers de poterie, modelage papier, travail du bois, du métal ou bien encore de la pierre afin de s’initier ou se perfectionner dans ces arts.

Il y a donc de quoi s’occuper toute la journée !

Et si on s’arrêtait pour déjeuner

Pour la restauration ? Arrêtez-vous à “La table des pères”, vous pourrez déguster la cuisine de Jérôme Jouadé et son équipe qu’il aime qualifier comme “la créativité dans votre assiette”.

Les produits ne viennent pas de bien loin puisqu’ils utilisent prioritairement les fruits et légumes du potager du Château des Pères.

Pour pleins d’autres informations, c’est par ici !

Pas d’excuse, l’adresse est facile à retenir: CHÂTEAU DES PÈRES – 35150 PIRÉ-SUR-SEICHE

Si le mauvais temps est de la partie on peut surement vous trouver d’autres idées 🙂

L’écomusée de Rennes et le musée de Bretagne deviennent gratuits

C’est la bonne nouvelle culturelle de cette rentrée 2020 ! L’écomusée du pays de Rennes et le musée de Bretagne deviennent gratuits pour tous et tous les jours.

Parfait pour un temps de loisirs 🙂

Une gratuité qui existait déjà les 1er dimanches du mois

Chaque premier dimanche du mois les musées Rennais sont gratuits pour les collections permanentes et temporaires. Il s’agit des musées et écomusée: 

  • Musée des Beaux-Arts : 20 quai Emile Zola – Rennes
  • Ecomusée du pays de Rennes : route de Châtillon-sur-seiche – Rennes
  • Musée de Bretagne : 10 cours des Alliés – Rennes
  • Fonds Régional d’art contemporain (FRAC) : 19 avenue André Mussat – Rennes
  • Centre d’art contemporain (la Criée) : place Honoré Commeurec – Rennes

A partir de maintenant il faudra compter sur un accès encore plus facile à nos musées préférés !

Favoriser l’accès à la culture

C’était une promesse de campagne de Madame la Maire (Nathalie Appéré) – Maire sortante et réélue à son siège en juin dernier, qui a été voté le 10 septembre dernier par les élus de Rennes métropole.

Le musée de Bretagne et l’écomusée du pays de Rennes (ecomusée de la Bintinais) deviennent définitivement gratuits !

C’est un manque à gagner pour les collectivités de l’ordre de 140 000 à 180 000€ afin de rendre la culture accessible à tous. D’ailleurs d’autres pistes de réflexions poursuivent leurs chemins telles que l’élargissement des horaires afin d’en faciliter l’accès.

Attention, toutefois, cette gratuité ne concerne que les expositions permanentes désignées comme appartenant à l’histoire de notre territoire.

Les bibliothèques, prochain combat?

Le 10 septembre a aussi été voté la gratuité de l’accès à la bibliothèque des Champs libre, un premier pas qui pourrait déboucher potentiellement à l’ouverture des 11 autres bibliothèque de quartier Rennaise.

Affaire à suivre !

-> Erratum: 10 jours après ce premier vote, les élus de Rennes votent la gratuité du musée des Beaux-Arts et de l’abonnement aux bibliothèques municipales !!

Nous avons voulu en profiter, alors nous y sommes allés !

Depuis l’article ci dessus, nous avons voulu découvrir par nous même alors, ni une ni deux, nous sommes allés au musée de Bretagne.

Allez voir notre petit article ici :

Atelier DIY avec l’origami “Grue”

“Mais c’est quoi ce titre tiré par les cheveux ?”.Oui c’est vrai, mais ça sonne bien et chez nous on adore. Alors, on y go ? Pour un temps en famille avec les enfants ce dimanche matin, ou pour une activité déconnectant, l’origami est parfait !

Savez-vous d’où vient l’art de l’origami ?

L’origami, provenant de “Oru” (plier) et “Kami” (papier) s’est développé au Japon vers 1600, durant l’époque Edo.

Cela consiste à former des animaux, plantes ou bien objet à partir de pliage de papier divers et variés (les pliages et les papiers, les deux quoi).

A l’origine l’origami était très utilisée pour les cérémonies shintoïstes mais a fini par trouver une place importante au fil du temps pour la décoration, notamment de table et de bouteilles de sake au Japon puis les ateliers créatifs (#DIYpower) !

L’origami traverse les temps et serait l’un des plus anciens art populaire puisqu’il proviendrait d’un ensemble plus large de travail du papier comprenant aussi le coupage et collage.

Les premières traces se retrouvent dans la dynastie des Han de l’ouest (-202 -9) en Chine et aurait été transmise par des moines bouddhistes en pèlerinage sur les terres japonaises.

Voici une petite partie de l’histoire de cet art poétique.

Nous vous laissons admirer le travail remarquable de Gonzalo, un maître du pliage, sur son profil Flickr :

Les rêves de Sadako Sasaki

L’origami le plus connu est sûrement la grue. Mais avant d’essayer, on va reprendre une touche d’histoire.

Connaissez-vous Sadako Sasaki ? Nous avons découvert son histoire lors d’un arrêt à Hiroshima, au Japon. Oui je vous raconte ma vie, mais promis, ça sera rapide.

Une légende japonaise raconte que “Quiconque plie mille grues en papier verra son vœu exaucé”. Ce fut un rêve que voulu réaliser Sadako Sasaki, une enfant exposée aux radiations de la bombe atomique d’Hiroshima. Néanmoins, Sasaki mourut en 1955 à l’âge de douze ans, après avoir plié 644 grues en papier…

Ses compagnons de classe décidèrent de terminer les grues manquantes et les exposèrent avec la statue de Sasaki au parc de la paix d’Hiroshima. Depuis ce temps, elles sont synonymes de paix.

Un tuto pour réaliser une grue à la maison

Voici un petit tuto DIY pour faire l’origami Grue grâce à la chaîne Youtube de “Basteln”:

Il y en a plein plein d’autres si vous y prenez goût, quant à la grue il n’en restera plus que 999 pour exaucer vos voeux !

Alors, vous vous en sortez ? 🙂

Si vous préférez sortir et profiter d’un brin de soleil en famille, on vous parle d’une superbe promenade au Château des Pères ici:

Préparer ses visites des Journées Européennes du Patrimoine

Ce week-end c’est la JEP ! Allez comprendre par là les « Journées Européennes du Patrimoine » mais c’est quoi en faite ?

Le samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020, comme chaque 3ème week-end de septembre, le Ministère de la Culture organise les journées Européennes du patrimoine, un temps dédié à notre territoire et ceux qui travaillent pour le préserver et le mettre en avant. Tout ce que nous aimons. Alors, on y go ?